Les fœtus féminins ne sont pas les bienvenus en Inde

Ce matin quand je suivais des informations j’entendis dans un reportage sur une radio internationale, qu’en Inde beaucoup de familles ne veulent pas avoir d’enfant de sexe féminin. Après l’examen échographique si le couple découvre que l’enfant sera une fille il l’avorte. Selon le reporteur, cette activité malgré son interdiction rapporte beaucoup d’argent aux médecins indiens. Plus de 6 millions de fœtus sont avortés. Quel gâchis ! Cet reportage m’a permis de penser à tous ces défenseurs des droits de l’homme ; ces défenseurs de la cause indéfendable des droits de la femme. Sans être un cas particulier ce phénomène est bien d’une grande gène pour tout ce qui œuvre vraiment pour le respect du droit de valeur humaine. Aucune raison humaine ne peut justifier cet acte. Aucune science ou aucune raison sociale ne peut permettre un tel acte. Voila un vrai crime contre l’humanité. La communauté internationale au rang du quel la France et les États Unis doit revoir sa liste des pays « criminels ». La cour pénale  internationale (mais faite pour juger les responsables africains) doit chercher à Luis Moreno-Ocampo un visa  pour l’Inde.  Sinon il est entrain de perdre son temps en Libye en cherchant à satisfaire qu’aux besoins injustes et impérialiste « des patrons du monde ». Les médecins indiens sont plus dangereux que la prétendue association des terroristes ALKAIDA. Cet exemple indien s’il se produits sur une terre africaine, vous verrez une kyrielle de soit disant spécialistes de je ne sais quoi, atterrir dans nos capitales pour nous faire la morale. Nous seront à cet effet un sujet de discussion et de débat sur toutes les chaines du monde. Nous sommes un continent où tout le monde vient tester sa théorie et ses conneries sans être inquiété.

 

 

The following two tabs change content below.
ASSOUMANE Habibou
Blogueur nigérien de Tahoua, je suis passionné de la lecture, des voyages. J'aime apprendre des autres. La rigueur, la responsabilité, l’engagement sont mes maîtres mots
ASSOUMANE Habibou

Derniers articles parASSOUMANE Habibou (voir tous)