Le malheur des uns fait le bonheur des autres

Après le communiqué du prix du pétrole nigérien par le ministre chargé de la question, beaucoup de dents se sont grincées au Niger. Un reniement quasi-total a été observé par toutes les couches sociales nigériennes. Chacun de son côté, raconte ce que bon lui semble. Ce qui l’arrange. Tout le monde fait sa proposition de prix (vive la liberté d’expression en démocratie !). Le jour du démarrage de la vente du pétrole nigérien je m’attendais à un vrai soulèvement social. Vous savez pourquoi ? Le gouvernement n’a engagé aucune négociation avec quiconque (officiellement). Aucune menace proférée par les syndicats n’a été mise en œuvre. La raison la plus sure c’est que la majore partie des consommateurs de carburants aux Niger s’approvisionnent sur le marché noir : le Nigeria voisin. Parallèlement le gouvernement nigérian retire la subvention sur les hydrocarbures. Cela a fait que le pétrole du Nigeria est devenu plus cher que le notre. Un vrai hasard. Dès lors aucune société civile, aucun opposant, aucun contestataire du prix des hydrocarbures nigériens n’a levé le simple doigt. Au moment où les villes nigérianes s’embrasent sous l’effet de la contestation sociale au Niger le gouvernement rumine sa joie.

Les Nigériens n’ont-ils pas voulu à travers leurs réactions oublier le sens du patriotisme?

The following two tabs change content below.
ASSOUMANE Habibou
Blogueur nigérien de Tahoua, je suis passionné de la lecture, des voyages. J'aime apprendre des autres. La rigueur, la responsabilité, l’engagement sont mes maîtres mots
ASSOUMANE Habibou

Derniers articles parASSOUMANE Habibou (voir tous)