Archives pour la catégorie Reflexion

Un coup d’état avorté au Niger: A qui profit le complot?

Depuis un certain temps seul les journaux en font la une.  Ce complot découvert d’un coup d’état au Niger a été le sujet de discussion sur toutes les langues, dans presque tous les bureaux, dans toutes les fadas au Niger.   Au début la nouvelle circulait sous forme de rumeur. Le gouvernement nigérien a d’une manière à une autre refusé de commenter ou de confirmer cela.Traditionnellement au Niger, les rumeurs deviennent vraies. Dans son discours à  l’occasion du 51e anniversaire de la fête de l’indépendance le président Issoufou a confirmé l’existence de ce complot. Il a même précisé que certains militaires ont été arrêtés. Même si les noms des responsables et les personnes arrêtées n’ont pas été dévoilés à l’opinion publique, le peuple nigérien reste unanime : le coup d’état en ce moment n’a pas sa raison d’être. Aucune crise institutionnelle ni politique n’est visible dans le pays après les dernières élections. Vraisemblablement il existe encore dans ce pays des politiciens qui n’ont pas encore ruminé leur défaite. Ce complot contre la personne du président a été hâtif est très mal pensé. Bien qu’ils auront quelque chose à dire pour défendre leur forfait,  ils seront difficilement accepté par le peuple nigérien. Avanceront-ils comme argument le retard de la vente à prix modéré des vivres à l’occasion du mois béni de Ramadan ? Ou mettront-ils en exergue la toute dernière visite de Mahamadou Issoufou aux états Unis d’Amérique ? Où trouveront-ils ce fallacieux prétexte pour convaincre le dernier des Nigériens de la nécessité d’un putsch ou d’une élimination physique du président ? les complices d’un tel acte n’aiment guerre le Niger et les Nigériens. Ils n’ont en effet aucun sens de patriotisme. L’habitude est une seconde nature. Ceci prouve combien de fois, le militaire Nigérien aime le pouvoir. Toute fois, l’arrestation de ces  malchanceux militaires nous édifiera davantage sur leur réelle motivation. Laissons les chose à la justice nigérienne. Wait and see!

La première promotion de « l’école Mondoblog ».

Lancée depuis le mois de juin de l’année passée, le concours de création de blog intitulé Mondoblog est terminé. Consacré pour les jeunes, la deuxième phase de ce concours a regroupé une centaine de bloggeurs francophones. Le lundi 4 avril, le premier groupe des vingt sélectionnés ont commencé leur formation à Dakar la capitale sénégalaise . Pendant toute la semaine, les heureux élus ont été formés sur les différentes techniques de la création et d’animation des blogs. Pour beaucoup d’entre eux c’était peut être leur premier et dernier voyage au pays de la Térangua.Dakar n’a pas été seulement le lieu de stage ou de formation pour bon nombre de participants.  En effet, nos amis bloggeurs présents à Dakar ont eu à satisfaire leur curiosité, leur soif de voir, d’écouter et d’entendre. La formation de CESTI a été une grande chance pour tous les participants. Elle a été un grand cadre de donner et de recevoir. L’amitié virtuelle sur Mondoblog a été concrétisée à Dakar. Les souvenir de la formation seront gravés dans les mémoires et cette formation constituera sans nul doute un tremplin pour d’autre. Merci en tout cas à RFI et ses partenaires pour la réalisation de ce concours et la tenue de cette première formation!

L’initiative « 3N » au Niger, un programme politique très rêveur

Le programme politique du PNDS-Tarayya cette année est defini en 8 point. Le 4e des 8 points de ce programme politique de l’ancien leader de l’opposition politique du Niger Mahamadou Issoufou élu le 12 avril dernier a retenu l’attention de plus d’un Nigérien et  de tous ceux qui croient à un changement au pays. Le Niger est un pays agricole. Un soutien sans faille à ce secteur contribue sans nul doute à l’émergence du pays dans le concert des nations. C’est peut être pourquoi Issoufou ne veut pas laisser une bonne occasion en or comme celle-ci lui échaper. Le monde rural doit être une priorité. Issoufou, le nouveau président démocratiquement élu du Niger est le seul homme politique qui n’a pas dirigé le Niger. Il fait parti des rares politiciens Nigériens voire même Africains qui ne sont pas trempé dans des affaires louches. Beaucoup, voient en lui un incontestable partisan du changement. Selon ce fameux programme « 3N », « Plus de 900 milliards FCFA seront alloués à l’agriculture et à l’élevage, afin d’une part d’assurer la sécurité alimentaire à travers l’Initiative 3N « les Nigériens Nourrissent les Nigériens », d’autre part d’accroître les revenus des paysans et des éleveurs. Ce cercle vertueux ainsi amorcé constituera le socle du développement de notre pays ». Pour le PNDS désormais l’agriculture nigérienne doit subvenir aux besoins de tous les citoyens. Des gros moyens  seront injectés pour la réalisation de ce plan très ambitieux et touchant. Depuis les années de l’indépendance et vu l’acuité du climat, l’apport des dirigeants précédents dans le secteur agricole est presque invisible. Même si les aléas climatiques perturbent l’agriculture nigérienne, il faut reconnaitre le pays a une superficie de terre cultivables conséquentes permettant aux Nigériens de s’occuper des autres Nigériens. Si cette détermination se concrétise le parti rose nigérien a réussi là où les autres ont échoué. Nous pensons que la guerre des postes avec les alliés politiques ne détournera pas le PNDS de son propre programme. Néamoins, il est temps aujourd’hui que le Nigérien pense à son propre avenir. Nous avons en Afrique des richesses naturelles importantes nous permettant de subvenir à tous nos besoins. Les aides des bailleurs de fonds et autres communauté internationale ne sont que des cadeaux empoisonnés.

La folie de la communauté internationale face à la crise libyenne

Kadhafi lui seul n’est pas la Libye. Dans cette guerre, les Européens réussiront certes à le chasser du pouvoir et même le tuer. Ils doivent en effet,  mettre en tête que, c’est aussi des milliers des citoyens que la mission de l’OTAN dirigée par la France sous le mandat Onusien qui seront tués. En tirant sur les rebelles Kadhafi est accusé de crime de guerre. Les dégâts et les tueries perpétuées par les avions français auront quel qualitatif ? Grâce à ces frappes beaucoup des Libyens seront dépourvu du nécessaire. Ils ont aujourd’hui plus peur que jamais. La France prétend aracherla liberté pour les peuples libyens. Mais quelle liberté ? Ils vont les libérer de quoi ? Les Français qui se croient meilleurs défenseurs des droits  et libertés manque de liberté sur leur propre territoire. L’interdiction des signes religions en est un exemple éloquent. Tous ces intellectuels ; ces penseurs et diplomate n’ont pas pu démontrer à la communauté internationale son tord en s’attaquant à la Libye. On ne sait pas vraiment où se trouve le pêché du guide Libyen. Mais on connait bien que le camp de la communauté internationale qui soutient toute forme d’asphyxie de la Libye, le fait pour des intérêts économiques. Le pétrole libyen est sans nul doute la cause lointaine et immédiate. Si non comment peut on comprendre que les rebelles colombiens ont prient en otage Ingrid sans que la France n’a levé le simple doit. Elle s’est uniquement arrêtée à des condamnations de principe. La Coré du nord menace toujours la Coré du sud et les autres pays frontaliers mais rien n’a été fait par cette communauté pour la dissuadé. En chine et en Russie la question des droits de l’homme est toujours problématique. Ici en Côte d’ivoire, Gbagbo a perdu les élections mais refuse de céder la place à un président élu. En sautant Gbagbo pour attire en Libye on constate qu’aisément cette communauté internationale n’est pas impartiale. Il est claire que, quelque soient les compétence d’un président (Arficain surtout) s’il ne plait pas à la France et ses acolytes il ne présidera jamais . Désormais les Africains ne voteront plus. C’est la communauté internationale qui  doit le faire à leur destiné.

Moi,je soutien Khadafi

Kadhafi

Les événements qui se déroulent actuellement en Libye sont de loin différents de ceux de la Tunisie et de l’Egypte. Même s’il y a eu des échauffourées ça et là, il faut reconnaitre que les manifestations dans ces deux derniers pays ont été pacifiques. Les populations ont marché. Elles ont fait des siting ; scandant des slogans hostiles aux monarchies existantes. Cette forme de lutte a été différente de celle des libyens qui ont utilisé des armes. Aujourd’hui tout le monde est conscient que le soulèvement social est une solution à certains problèmes sociaux-politiques et économiques dans plusieurs pays. Mais la résolution forcée des crises ne se fait pas sans heurts. L’aboutissement est toujours semé de conséquences fâcheuses et de mécontents. Quand une partie des Libyens s’est soulevée en se servant des armes, Kadhafi, lui aussi a donné une réponse du berger à la bergère comme on le dit. Il a utilisé des moyens réciproques pour parler comme un diplomate. Kadhafi est un dictateur mais pas comme tous les autres. Ceux qui connaissent bien le pays affirment que les Libyens sont les plus choyés des gouvernés en Afrique. Le président actuel leurs a garanti beaucoup de choses . C’est pourquoi d’aucun pense que, le départ de Kadhafi sera une grosse perte pour les Libyens et même pour beaucoup de pays. En ce moment, tout ce qui se passe à Bengazi n’est plus un soulèvement social ni moins une révolution. C’est une rébellion. La communauté internationale passe tout son temps à accuser Kadhafi de tuer des Libyens. On reproche aussi d’une façon à une autre le silence  complice des chefs d’état Africains. Sans chercher à savoir ce qui se passe véritablement. Les medias partisanes et vendeuses de rumeurs racontent tout ce qu’ils veulent. Je dirais que cette communauté est entrain de faire une ingérence. Chercher à mettre un embargo pour le guide libyen n’est pas une solution. Car, les précédents embargos n’ont rien démunié de ce qu’est la puissance de la Libye dans la sous région. Pour cela, les grands justiciers du monde, doivent faire attention. Leur intention d’attaquer la Libye pour faire partir Kadhafi à tout prix ne leur fera pas oublier leurs échecs d’Irak et d’Afghanistan.

Une chose est sur, quand Kadhafi quitte le pouvoir, les rébellions armées du Niger est du Mali seront moins fortes ou oubliées.

Les jeunes Nigériens face au chômage

Quelques jeunes à leur Fada

Au Niger, la plupart des jeunes diplômés sont des chômeurs. Ils gonflent les rangs des sans-emploi, avec leurs frères non scolarisés. À la suite des programmes d’ajustements structurels imposés par la banque mondiale et le FMI, L’État nigérien, plus grand recruteur du pays, n’embauche plus. Les grands services « consommateurs de ressources » sont privatisés. Le secteur privé, très embryonnaire au Niger, est lui aussi en difficulté. Toutes les grandes entreprises et autres ONG créatrices d’emploi sont concentrées à Niamey. Pour des séances de recrutement elles exigent beaucoup aux candidats. Dans un pays où, près de 55 % des chômeurs sont à la recherche de leur premier emploi, tous les d’appel d’offre de recrutement sont accompagnées de la mention au moins 1,2,3,4 voir 5 ans d’expérience. On sait bien qu’il n’y a pas une école d’expérience. Beaucoup de jeunes qui sont insérés dans la fonction le sont grâce au canal d’un parent, d’une connaissance qui est quelque chose quelque part.  Quand les conditions changent l’homme doit s’adapter ou disparaitre disait l’autre. Pour palier à ce problème de chômage les jeunes se sont constitués en Fada. La fada est devenu un lieu de retrouvaille, de debat. Devant leur théier ils parlent du tout est du rien. C’est leur tribune, « un service » a eux où tout se dit sans tabou. La solidarité dans les fada est si importante où tout se partage. L’animation dans les fadas fait oublié aux jeunes leur situation. Même s’ils ont les mêmes destins, il faut préciser que les fada sont créee dans la plus part des cas en fonction de conviction, vision ou idéologie. A partir du nom d’une fada ou de son slogan, on peut connaitre leur devise. Ainsi on a la fada Gakanisey, Fada 2000; Fada Love; Fada belle air, etc. Les fadas occupent les jeunes, mais ne règlent pas pratiquement le problème de l’emploi. On devient « fadantchés » (membre d’une fada) pour tout simplement atténuer l’impact du sous-emploi et survivre  contre la précarité.

La célébrité; une vertu naturelle

Images de quelles têtes ayant marqué l'histoire

La célébrité ne s’achète pas. On le devient. C’est un don naturel. Dans la vie il y a deux types d’individus : ceux qui sont passés dans ce monde inaperçu et ceux qui ont consacré leur vie à aider les autres, à faire du bien. Ceux là, ont donné un sens à leur vie. Ils sont de tous les temps appréciés, écoutés, et pris en exemple. Chacun veut leur ressembler. Les personnes célèbres sont présentes dans toutes les couches sociales et dans chaque domaine de la vie. Elles sont avec nous. Humbles et modestes leur vie est destinée à faire du bien, du bonheur des autres. Un Être  célèbre a du talent, du charisme. En littérature on ne peut jamais oublier Jean Paul Sartre, Léopold Cedar Senghor, Aimé Césaire, Rousseau pour ne citer que cela. Malgré qu’ils ne soient pas de ce monde, leurs œuvres sont devenues une référence. Les gens comme Nelson Mandela, Wole Soyinka, Sardauna, Tafawa Balewa, Ousman Dan Fodio, Jean Paul II, Sarauniya Mangou continuent à faire la fierté de leurs nations. En politique en science en art, elles sont nombreuses des personnes qui ont marqué l’histoire grâce à leur dévouement, leur patriotisme, et leur intelligence. Pour être célèbre il faut beaucoup travailler et bien. Vous n’avez pas besoin d’aller à l’école même si cela constitue un tremplin. Cela m’a fait rappeler Ali farka Touré. La renommée de ce grand artiste a dépassée les frontières de son pays le Mali. Sans être à l’école, Ali a su imposer sa musique et son rythme au publique. Il est devenu une idole de la musique africaine en générale et malienne en particulier. Avant de mourir ce musicien hors pair a gagné la confiance de tous les mélomanes. Il a bénéficié de toutes les chances qu’un musicien de son époque pouvait prétendre. Le cas du Jamaïcain Bob Marley est très illustratif. Aujourd’hui qui sait si ce grand reggae man était vivant n’allait pas avoir des adorateurs ? Il existe des noms mêmes disparus plus importants qu’aux vivants.

Les caprices du destin: Tanja a passé sa première nuit en prison

Ex Président Tanja

Le destin est capricieux. Il est incontournable. Du haut fonctionnaire de l’état ; puis président de son parti (MNSD-NASSARA) ensuite président de la république du Niger Tanja, passe aujourd’hui au rang des inclassables. C’est un prisonnier… Dimanche 16 janvier 2011 vers 16 heures  les habitants de Kollo, une ville située à 30Km au sud de Niamey la capital du Niger ont témoigné de l’arrivée  du cortège sous haute escorte des forces de défense dans lequel se trouve Tanja Mamadou. Il a amené  l’ancien chef d’Etat nigérien, renversé en février 2010 par un putsch pour occuper sa cellule. Il  occupera peut être les même cellules qu’ont occuper les Sanoussi Jackou,Hassoumi Massaoudou, et les autres.  Au paravent Tanja était détenu  dans une luxueuse villa à Niamey quand c’est partisans ont créé cette situation inconfortable pour lui aujourd’hui. Tanja est entrain de ruminer une autre phase de sa déchéance dans cette prison de haute sécurité de Kollo. Avant le retournement de la situation « Tsoho » comme l’appel affectueusement certains, a eu le soutien de tous les Nigériens. Plus d’un Nigérien a placé sa confiance  en lui. A la dernière minute les ambitions personnelles l’ont poussé dans une situation dont nul ne connait maintenant l’issu. Le vieux Tanja a raté l’ultime occasion d’inscrire son nom en lettre d’or dans le palmarès des meilleurs hommes politiques du Niger voire même de l’Afrique. Si bon nmobreux de Nigériens s’ennuyent de son incarceration (surtout ceux de son parti), ses collègues prisonniers de Kollo froteront bien leurs mains. Ils savent que sa presence les preserverara de certains trairements hunumains que connaissent presques toutes les maisons d’arrêt au Niger. Ils bénéficieront beaucoup d’avantages. Kollo la ville du feu Tchana, connaitra elle aussi ces jours un afflux de visiteurs qui viennent montrer leur compassion à l’ancien président.

Noël, une fête religieuse ou un anniversaire ?

Noël est une fête chrétienne célébrant chaque année la naissance de Jésus de Nazareth, appelée fête de Nativité. À l’origine, cette fête était païenne et existait sous des formes différentes pour marquer le solstice d’hiver. Beaucoup de contradictions se développent autour  de cette date. Les Évangiles ne donnent aucune précision quant à la date de la naissance de Jesus. Pour certains, « la naissance de Jésus est traditionnellement fêtée le 25 décembre, mais cette date est entièrement conventionnelle, et n’a rien d’un « anniversaire ». Si c’est un anniversaire, où est donc le célébrant ? Jésus le sauveur a été trahi par ses propres disciples. Il a  quitté ce monde de façon lamentable. Mort sur une croix juste à cause de ses opinions (prêches) qui ne plaisaient pas aux gouvernants de l’époque, il a été mal compris par ses condisciples. Jésus n’a pas eu tout le temps de finir sa mission (Il me semble) . C’est pourquoi, peut être, il reviendra. Historiquement, ni l’année ni le jour de la naissance de Jésus ne sont pas connues. Peut être pendant son éventuel retour les hommes vivants de l’époque connaitront la vrai date de sa naissance. Toute fois, il faut noter que même si la date reste problématique, pour beaucoup d’économistes, Noël reste et demeure un meilleur moment pour l’économie dans l’année. Dans les pays à forte densité chrétienne, les commerçants frottent leurs mains pendant la fête de Noël. Cela, compte tenu de la fanfare et des milliards dans les dépenses qu’elle génère. Mais certains pensent que nous  serions mieux sans lui.

Une autre épreuve attend Tanja et ses partisans

L’arrestation de l’ancien président de la 5e et 6e République du Niger Mamadou Tanja par les militaires au pouvoir a suscité beaucoup de vague d’indignation et de condamnations par ses partisans de l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. Des associations civiles nigériennes à la cour de justice de la CEDEAO d’aucun pense que la détention de monsieur Tanja sans inculpation n’est juste et légitime. De pression en pression, les autorités actuelles de Niamey ont cédé. Les partisans du vieux président ont gagné cette partie mais il me semble la suite devient plus difficile surprenante et gênante pour leur héros. Car le 14 décembre passé la haute cour de justice a levé l’immunité de Tanja. Avec cette tournure, les choses deviennent compliquées plus compliquées d’ailleurs pour ceux qui veulent voire désormais Tanja en liberté. La levée de l’immunité ainsi son éventuelle traduction en justice est une grande surprise pour presque un grand nombre de nigériens qui suivent de près ce scénario. Selon Laouali Danda, ministre et porte parole du gouvernement, le nom de Tanja a été cité dans de cas de malversations financières concernant certaines sociétés (NIGELEC ; SONIDEP ; etc) dirigé par ses bras droits quand il était au pouvoir. Entant qu’accusé il doit venir s’expliquer ou se défendre devant les tribunaux ajouta t-il.

S’expliquera t-il oui ou non ? Procès ou pas procès les prochains jours nous édifieront.