Un coup d’état avorté au Niger: A qui profit le complot?

Depuis un certain temps seul les journaux en font la une.  Ce complot découvert d’un coup d’état au Niger a été le sujet de discussion sur toutes les langues, dans presque tous les bureaux, dans toutes les fadas au Niger.   Au début la nouvelle circulait sous forme de rumeur. Le gouvernement nigérien a d’une manière à une autre refusé de commenter ou de confirmer cela.Traditionnellement au Niger, les rumeurs deviennent vraies. Dans son discours à  l’occasion du 51e anniversaire de la fête de l’indépendance le président Issoufou a confirmé l’existence de ce complot. Il a même précisé que certains militaires ont été arrêtés. Même si les noms des responsables et les personnes arrêtées n’ont pas été dévoilés à l’opinion publique, le peuple nigérien reste unanime : le coup d’état en ce moment n’a pas sa raison d’être. Aucune crise institutionnelle ni politique n’est visible dans le pays après les dernières élections. Vraisemblablement il existe encore dans ce pays des politiciens qui n’ont pas encore ruminé leur défaite. Ce complot contre la personne du président a été hâtif est très mal pensé. Bien qu’ils auront quelque chose à dire pour défendre leur forfait,  ils seront difficilement accepté par le peuple nigérien. Avanceront-ils comme argument le retard de la vente à prix modéré des vivres à l’occasion du mois béni de Ramadan ? Ou mettront-ils en exergue la toute dernière visite de Mahamadou Issoufou aux états Unis d’Amérique ? Où trouveront-ils ce fallacieux prétexte pour convaincre le dernier des Nigériens de la nécessité d’un putsch ou d’une élimination physique du président ? les complices d’un tel acte n’aiment guerre le Niger et les Nigériens. Ils n’ont en effet aucun sens de patriotisme. L’habitude est une seconde nature. Ceci prouve combien de fois, le militaire Nigérien aime le pouvoir. Toute fois, l’arrestation de ces  malchanceux militaires nous édifiera davantage sur leur réelle motivation. Laissons les chose à la justice nigérienne. Wait and see!

Les nouveaux fumeurs de narguilé à Tahoua, un héritage de la crise libyenne.

Le Niger fait parti des pays les plus concernés par la crise libyenne. Plus de 200 000 nigériennes ont fuit les bombardements de l’OTAN sur les villes libyennes en vu d’aider les rebelles à chasser Kadhafi du pouvoir. C’est beaucoup de familles nigériennes que cette situation a affecté sur le plan économique. Car, il faut le préciser les émigrés nigériens au Libye apportent un plus considérable dans l’économie nationale. Ces milliers de jeunes sont revenus en effet, gonfler le nombre des sans emplois que connaisse déjà le pays. Cela, a sans nul doute augmenté les activités des fadas. Par ailleurs, dans ces fadas, on remarque une pratique inhabituelle de consommation du narguilé communément appelé « harkila ». Avant la crise , les fadas où l’on consomme du narguilé se compte au bout de doigt. Mais maintenant, chacune a presque un narguilé. C’est devenu une mode ici.

Le Narguilé est une pipe à eau.  Il comprend un fourneau, un mat, un vase, un tuyau d’aspiration qui peut être muni d’un embout.  Selon les fumeurs, la composition du produit utilisé varie d’un pays à l’autre. Il est généralement mélangé de  tabac, de bois de Santal, d’Aloès, d’Ambre gris, de feuilles de roses et autres variétés locales et d’épices. Il est paqueté en sachet selon la bourse et la qualité. Consommé en groupe, beaucoup de consommateurs approchés pensent que le narguilé leur procure une paix intérieure. Il leur assure un équilibre psychologique.

Mais pour Ibrahim Maikaka dit IMK Assistant en chirurgie à la maternité Tassigui de Tahoua, cette consommation n’est pas sans conséquences. Certains esprits malins profitent de cette situation pour fumer du cannabis sans gène. bienvenue à une autre forme de délinquance!